AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
W. Morten Jensen
♣ Welcome to New York

♣ Welcome to New York
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/05/2014
Âge : 21

Revolution -> Evolution
Citation : : Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it.
Lovely : :
Rival ::

MessageSujet: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   Sam 17 Mai 2014 - 10:25


   
Wendell Morten Jensen
17 ans ∞ Berlin, Allemagne ∞ Allemand/Danois ∞ Terroriste ∞ Célibataire ∞ Expériences ∞ Kim Jaejoong
« You're guilty all the same, too sick to be ashamed. »

   

   
✖ My Story ✖

9 ans - Child of the evil | I don't wanna see again
Tu frappes, frappes encore jusqu'à sentir quelque chose parcourir ta joue. Tu pleures sans pouvoir t'arrêter, sans même pouvoir parler. Parce que cela fait trop mal, que jamais tu n'aurais imaginer que cela puisse arriver un jour. Les hurlements ne cessent pas, les bruits sourds continuent de se faire entendre. Tu es si jeune que tu ne comprends pas ce qu'il se passe, c'est comme si on avait mis ton cerveau sur OFF, qu'on l'avait déconnecté de la réalité. Ce n'est pas parce que tu es un enfant que tu es un idiot, mais la conversation prend une tournure dont tu ne peux saisir le sens. Tu es bien trop innocent, pourtant les larmes continuent de couler sans que tu ne puisses vraiment savoir pourquoi. Tu as mal, ce n'est pas ton cœur qui saigne ... mais ton œil. Tu pleures depuis de longues minutes mais personne ne t'entend, personne ne te voit. Donc tu recommences une deuxième fois, priant pour ne plus voir les deux êtres que tu aimes le plus se détruire à petit feu. Et tu fais mouche. Ta vision se trouble et se teinte de rouge, quand enfin on te prête un peu d'attention. Quand enfin on s'aperçoit que tu ne vas pas bien et qu'il faut te transporter à l'hôpital. Mais c'est trop tard. Tu ne veux plus jamais voir l'atrocité de ce monde.


13 ans - Experiment | When everything with meaning is shattered, broken, screaming and I'm lost inside this darkness and I fear I won't survive
« Je m'appelle Morten, j'ai treize ans, il est minuit trois et je me trouve dans la salle de test numéro ... »

Encore une fois, tu répètes ces mêmes mots. Tu ne comptes plus le nombre de fois que tu les as prononcés en présence des mêmes personnes. Et encore une fois ils te frappent car ton prénom n'est pas Morten mais Wendell. Ils continuent de t'appeler ainsi alors que tu ne le supportes plus, alors ils te frappent, encore et encore, jusqu'à ce que tu daignes leur donner le mot tant attendu. Ils cherchent à t'apprendre l'obéissance, chose qu'ils n'obtiendront certainement pas de cette façon-là. Intérieurement tu bous pourtant il n'en transparaît rien sur ton visage. Tête baissée, les mains posées sur les accoudoirs de la chaise en bois, tu attends. Tu ne peux bouger, simplement parler. Cela fait des années que tu ne peux plus que parler.

Ils finissent par te détacher avant de quitter prestement la pièce. La drogue qu'ils t'ont injecté ne fait plus effet, tu es capable de te lever pour faire quelques pas en vacillant. Tu vois flou mais, pendant un bref instant, tu es capable de discerner quelque chose au loin. En un instant tes sens s'éveillent et c'est l'hécatombe. Tu tangues un peu avant de reprendre tes appuis, lentement mais sûrement. Tu écrases quelque chose, tu sens quelque chose autour de tes pieds, baissant la tête tu vois et tu comprends. Tu as marché sur le verre brisé de tes lunettes et tu patauges dans les tripes de ce qui était auparavant un homme et qui n'est désormais plus qu'un amas de chair qu'un œil trop sensible ne saurait distinguer de ses voisins. L'odeur pourrait paraître insupportable à quiconque ne l'apprécie pas, la vision d'une telle atrocité pourrait paraître inacceptable à quelques hérétiques. Le pire, c'est que tu t'en fiches royalement. Tu sens le sang des autres se mêler au tien, la manche de ton T-shirt est déchirée, laissant entrevoir ta peau pâle rendue luisante par le sang. C'est ainsi que tu te tiens au milieu des corps des tes semblables, humains et animaux, sans comprendre une nouvelle fois.

Ils sont fiers de toi. Ça se voit rien qu'à leur regard, pourtant tout est flou autour de toi. Si ton corps est devenu plus puissant, tes yeux eux n'ont subi aucune modification pour toi. Le virus qu'ils t'ont inoculé t'a peut-être aidé à ne pas devenir aveugle, mais ton albinisme et ta vue déficiente restent un handicap. Même si, quand tu te concentres, tes yeux bleu saphir sont capables de voir aussi bien qu'un loup ou qu'un renard, cela reste un sacré désavantage dans la vie courante. C'est pourquoi ils te droguent encore avant de te ramener dans ta cellule, parce que tu es sacrément dangereux sans même t'en rendre compte.

Et que tu te prendrais les pieds dans le tapis en sortant.


14 ans - Escape | With the power that awakes every time when I lose it
« Ce n'est pas parce que ma mère est schizophrène que je le suis aussi.
- Tu sais qu'un enfant dont la mère est schizophrène a 13% de chance de l'être aussi ?
- Tais-toi ...Tais-toi, bordel ! Je t'ai dit de la fermer ! »

Tu te réveilles brusquement, hurlant comme si on attentait à ta vie. Un cauchemar, pour changer. La sueur perle sur ton front, tes yeux n'ont pas besoin de s'habituer aux ténèbres de ton refuge, c'est là le seul avantage que tu peux en tirer. Si tu vois le paysage légèrement flou ce n'est pas ça qui t'empêche de voir aussi bien que s'il faisait jour. D'un revers de manche tu t'éponges le visage en reprenant lentement ta respiration. Ce n'est pas la première fois que tes nuits sont écourtées de cette façon, une nouvelle fois les grognements sont font entendre tout comme les insultes. Tu finis par te lever, prendre tes affaires et partir de là, rituel que tu réitères pratiquement tous les deux jours.

Personne ne te supporte. Même plus les SDF. Pourtant ils devraient comprendre. Tu es différent, tu n'es plus accepté parmi les civils. Tu glisses entre les passants, la tête baissée, les mains dans les poches, monstre imperceptible parmi les autres. Tu as pourtant tenté de t'intégrer, d'être « comme les autres » mais ça n'a pas marché. Les gens te dévisagent comme si tu n'étais pas humain, ils te regardent, t'observent comme une bête en cage, te cataloguent comme étant différent. Ca te bouffe, ça te colle à la peau. Quand tu te regardes dans un miroir, tu ne vois plus que cette image qu'ils ont tous de toi.

Pourtant tu n'es pas fou. Pas encore. Cette ombre qui te suit et qui continue de te narguer n'est qu'un nuage de fumée, elle n'est rien. Elle n'existe pas. Tu refuses d'être ce que ta mère a été, d'être ce qui a conduit à son internement. C'est impossible ... Tu es déjà un monstre, comment pourrais-tu également être fou ? Tes poings se serrent, tes ongles percent la peau fine de tes mains d'albâtre et tu sens le sang perler sur tes doigts. Un long soupir accompagne ta marche nocturne, il ne faut que peu de temps à la plaie pour se refermer. Tu vadrouilles sans trop savoir où tu vas, où tu mets les pieds. Ce n'est que lorsque tu te retrouves aux abords d'un pont que tu t'arrêtes, t'asseyant sur le rebord, les pieds dans le vide.

Le soleil se lève lentement, tu peux voir son reflet s'étendre sur l'eau et l'éclairer d'une manière presque surnaturelle. Tu peux voir ton propre reflet juste en abaissant le regard, ton propre reflet déformé par les vagues s'élançant contre la structure en fer. Peu à peu ton regard se perd, ton esprit se met à flotter allègrement au gré des vagues et te voilà de nouveau en cellule, te remémorant ce fameux jour qui t'a appris le mot « liberté ». C'était à peine il y a quelques mois, à l'époque tu n'errais pas encore dans les rues de New York. Non, c'était pire, bien pire.

« Tu peux te lever, gamin ? » Tu ne connais pas cette voix. Alors que tu attendais sagement au fin fond de la petite pièce, prêt à bondir sur le premier venu, un homme en tenue militaire s'est pointé. Tu attendais un scientifique, il est venu un militaire. Alors tu attends, tu observes, tu écoutes. Au loin les coups de feu ne cessent pas, au contraire ils croissent encore et encore, sans jamais un temps d'arrêt. Cela dure depuis quelques dizaines de minutes déjà, c'est la première fois. Tu n'as pas eu peur, tu en as déjà entendu. Mais jamais tu n'as entendu de tels bruits durant un si long laps de temps.

Alors tu suis l'homme qui te tend la main. Tu as l'air si fragile, si humain qu'il n'a pas hésité à t'emmener avec lui, à te protéger. Te cachant derrière lui dans les vêtements trop longs que tes geôliers ont daigné te donner tu continues d'observer de tes yeux trop fragiles, trop précieux. Les corridors ne sont plus blancs, ils sont emplis de la même couleur rubis que prennent tes yeux quand tu es en colère. Quand tu pleures ou quand tu souffres. Un bruit sourd te tire de ta rêverie et une prise ferme sur ton bras se fait sentir, on te tire sur une longue distance, tes jambes te font courir entre les cadavres parfois méconnaissables.

Ton sauveur se baisse mais trop tard, il se retrouve en l'air, frappant le plafond, le sol, les murs. Le sang gicle sur ta peau, tes vêtements, tes cheveux, on t'attrape, on te blesse, on te maltraite. Pourtant l'instant d'après, la douleur n'est plus et la chose non plus. Le Licker repose en quelques menus morceaux sur les murs, une masse immonde de griffes, de cervelle et de tissus gisant tout contre le corps de celui qui t'a sortir de la prison dans laquelle tu es enfermé depuis plus de quatre ans maintenant. Rien ni personne ne cherche à t'arrêter, les monstres ne sont plus et les humains sont tous partis.

Il ne te faut que quelques minutes pour rejoindre la sortie tant tu en étais proche. Lorsque enfin tu revois la lumière du jour, tu ne t'attends pas à être accueilli par tant de balles et de hurlements. Monstre, zombie, ennemi, tant de noms pleuvent sur ton cadavre et ils t'atteignent tous sans exception. Déception, tristesse, colère. Quand tu repars, ils ne sont plus que quelques-uns à avoir le cœur qui bat. Tous ceux qui t'ont barré la route ont perdu la vie, dans ta fuite tu as fait plus de mal que ce que tu imaginais. Tu es tellement innocent.

Tue-les. Tous ceux qui te font du mal ... Tue-les tous.


17 ans - No hope left | I'm not destroying the world. I'm savin' it ...

Boum.

Les vitres se fêlent et se brisent, les fondations grincent et s'écroulent, les volutes de fumée s'élèvent et noircissent le ciel. Quel fabuleux spectacle, n'est-ce pas ? Tu y assistes depuis le sommet du building voisin, inaccessible, intouchable. D'un geste de la main - on croirait voir un tic - tu remets tes lunettes convenablement sur ton nez, appréciant le doux bruit des détonations et des hurlements en contrebas. Le bâtiment est vide mais cela n'empêche pas les gens de prendre peur. Sentez-vous ? Sentez-vous ce vent de frayeur s'emparer de votre esprit ?

Il vous torture, vous serre le cœur au point d'en vomir vos tripes sur-le-champ. Tu leur fais payer ce qu'eux t'ont fait subir des années durant sans même s'en rendre compte. Tu as quitté ton Allemagne native après la saisie du laboratoire par un groupe connu sous le nom de BSAA et depuis tu n'as subi que brimades, violences et insultes. Mais même ainsi c'était ainsi, il ne faut pas se leurrer. Toute ta vie tu l'as passé à fuir, à prendre sur toi et à te laisser faire, à attendre le bon moment. Cela fait quelques années maintenant que tu refuses qu'un être quelconque te dicte la marche à suivre.

Tu n'as plus peur de t'afficher publiquement désormais. Tu t'affirmes de plus en plus face aux gens, mutant et fier de l'être depuis le jour où tu as su trouver refuge dans un endroit où personne ne te jugeait par ton apparence extérieure - ton albinisme, en l'occurrence - ni par ton unique force et tes étranges capacités. On t'acceptait comme tu es, alors tu es restée et tu continues parfois à t'y rendre lorsque tu n'es pas occupé à faire péter des immeubles ou des zombies. Cet orphelinat, tu le vénères comme si c'était ta propre maison.

Les sirènes de police ne mettent pas longtemps à retentir. Elles se rapprochent inexorablement de ta position, tu attends encore un peu avant de quitter ton perchoir et de descendre dans les rues, capuche sur la tête, un inconnu parmi tant d'autres. Depuis que ton père t'a changé en expérience durant ton enfance, tu ne peux t'empêcher de penser à quel point l'humanité se meurt peu à peu. Tu as su voir par-delà le regard superficiel des humains, tu as su observer leur comportement tout comme ils ont observé le tien. Et la seule chose que tu en retiens est que ce sont des imbéciles.

Ta définition de l'être humain pourrait aisément se résumer à « mammifère égocentrique et narcissique doué de parole ». Tous ne sont pas ainsi, fort heureusement, mais la plupart d'entre eux le sont et ne s'en rendent pas compte. Tu veux changer la donne, faire de la Terre un monde meilleur pour eux comme pour vous, les êtres changés par la force des choses, les reclus de la société crées par les désirs farfelus d'un homme aliéné. Tu ne veux plus faire de cauchemars. Tu ne veux plus les voir souffrir. Tu y vois ta mère mourir, ton père hurler sans cesse, te faisant mal, lui faisant mal à elle aussi. Tu entends souvent sa voix dans ta tête, la voix de ces hommes en blouse blanche marqué du parapluie rouge, même après t'être réveillé, ce qui t'a déjà fait t'ouvrir les veines des avant-bras pour tenter de les faire taire. Ce qui, bien entendu, est plus une bêtise qu'autre chose mais ça ne t'a jamais empêché de le faire. Tu as souffert de tout ton être et tu souffres encore.

Ce n'est pas ton pouvoir de régénération qui saurait empêcher les cicatrices de se refermer.

La seule blessure physique incapable de se régénérer est celle qui se trouve sur ton oeil, témoin d'un passé tumultueux et presque honteux. C'est avec un cache-oeil qu'il te trouva, aussi misérable que tu puisses l'être, te cachant avec brio - mais pas assez faut-il croire - parmi les New-Yorkais trop peu désireux de te voir parmi eux. « J'ai un travail pour toi. » a-t-il dit, et tu l'as suivi. Il ne t'a pas traité comme un monstre, loin de là (bon faut pas trop pousser non plus, hein). Et c'est plutôt bien payé, comme boulot. Plutôt pratique pour financer tes activités terroristes, pas vrai ? Alors tu as accepté. Tu as accepté de t'infiltrer partout où l'on te dirait d'aller, de tuer quiconque l'on te dira de tuer, tu as accepté de mettre tes compétences, ton agilité et ta force au service de cet homme dont tu ne sais pratiquement rien, au final.

Son nom ?

Albert Wesker.
✖ Me, Myself & I ✖

   
✖ Behind the screen ✖
âge • 18 ans
   prénom ou pseudo • Camille / Néah.
   comment as tu connu le forum ? • PRD
   présence • 4/7
   autre chose ? • ich liebe dich ? 8D
   code du règlement • Validé par Yuu

image by consolation-prizes # code by shiya.



Dernière édition par W. Morten Jensen le Mar 20 Mai 2014 - 6:14, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Chaser
☣ Umbrae❊ Coeur de glace
avatar
Messages : 75
Date d'inscription : 04/10/2012

Revolution -> Evolution
Citation : : Dans mon propre Enfer j'avais mon coin de Paradis.
Lovely : : myself ?
Rival ::

MessageSujet: Re: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   Sam 17 Mai 2014 - 10:28

Bienvenue à toi sur le forum =) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
W. Morten Jensen
♣ Welcome to New York

♣ Welcome to New York
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/05/2014
Âge : 21

Revolution -> Evolution
Citation : : Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it.
Lovely : :
Rival ::

MessageSujet: Re: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   Sam 17 Mai 2014 - 10:29

Merci \o/ pudcool 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie R. Weaver
Darkness and Blood
Darkness and Blood
avatar
Messages : 935
Date d'inscription : 24/09/2010
Âge : 27
Localisation : behind you.

Revolution -> Evolution
Citation : : Still deaf to our cries lost in hope we lie defeated
Lovely : : nobody
Rival :: ?

MessageSujet: Re: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   Sam 17 Mai 2014 - 10:33

Bienvenue à toi =).
Bonne chance pour ta fiche *w*.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://re-revolution.my-rpg.com/
W. Morten Jensen
♣ Welcome to New York

♣ Welcome to New York
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/05/2014
Âge : 21

Revolution -> Evolution
Citation : : Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it.
Lovely : :
Rival ::

MessageSujet: Re: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   Lun 19 Mai 2014 - 9:22

Danke schön o/

J'ai bientôt fini ! Par contre, une petite question : est-ce que, dans votre contexte, Wesker est décédé ? (Histoire que je sache si je peux l'intégrer dans la fin de mon background ou non).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie R. Weaver
Darkness and Blood
Darkness and Blood
avatar
Messages : 935
Date d'inscription : 24/09/2010
Âge : 27
Localisation : behind you.

Revolution -> Evolution
Citation : : Still deaf to our cries lost in hope we lie defeated
Lovely : : nobody
Rival :: ?

MessageSujet: Re: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   Lun 19 Mai 2014 - 9:38

Etant un RP assez libre je ne pense pas donc tu peux l'incorporer dans ton background si tu le souhaites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://re-revolution.my-rpg.com/
W. Morten Jensen
♣ Welcome to New York

♣ Welcome to New York
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/05/2014
Âge : 21

Revolution -> Evolution
Citation : : Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it.
Lovely : :
Rival ::

MessageSujet: Re: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   Mar 20 Mai 2014 - 6:14

Merci I love you

J'ai fini *----*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie R. Weaver
Darkness and Blood
Darkness and Blood
avatar
Messages : 935
Date d'inscription : 24/09/2010
Âge : 27
Localisation : behind you.

Revolution -> Evolution
Citation : : Still deaf to our cries lost in hope we lie defeated
Lovely : : nobody
Rival :: ?

MessageSujet: Re: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   Mar 20 Mai 2014 - 7:17

Que dire sur cette fiche ? Magnifique le découpage sous forme de mini-chapitre et cela va très vitre à lire malgré le style d'écriture unique. Une fois que j'avais terminé de lire la fiche je me suis dis "Déjà ???!"

Fiche validé


Je vais de ce pas te valider et t'ajouter à ton groupe ainsi tu pourras partir à l'aventure!

 fleche4  Tu peux également créer un journal de bord, gérer tes relations, et utiliser d'autres services.
 fleche3  n'oublie pas de recenser ton avatar et de faire une demande de rang.

Si tu as des questions n'hésites pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://re-revolution.my-rpg.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wendell Morten Jensen } Everything I do, I do it for the sake of humanity even if it means destroying it ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jensen Ackles [Gryffy]
» Mathyss Werth | Jensen Ackles
» [M] JENSEN ACKLES ∞ Jason au choix au choix
» Walter Jensen – Sunshine
» (M) JENSEN ACKLES - un ex-mari envahissant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty Little Revolution :: 
♣ Nouvelle partie ♣
 :: Your identity please ! :: Confidential Files
-